Haut de page

Sur les traces des abolitionnistes

Les 24 et 25 mai, la municipalité propose une visite de plusieurs lieux
de mémoire de la lutte contre l’esclavage dans l’est de la France.

Les 24 et 25 mai, la municipalité propose une visite de plusieurs lieux
de mémoire de la lutte contre l’esclavage dans l’est de la France.

Par la loi Taubira du 21mai
2001, l’Assemblée nationale
reconnaissait la traite négrière
et l’esclavage « crimes contre
l’humanité ».
Dans l’Hexagone, la
date du 10 mai a été choisie pour
commémorer cet épisode douloureux
de notre histoire.
Le devoir de
mémoire s’avère indispensable. Pour
le remplir, la municipalité souhaite
réaliser une visite de sites symboliques
de l’histoire de l’abolition, tous situés
dans l’est de la France, en Lorraine,
Alsace et Franche-Comté.

C’est ainsi que les participants se
rendront dans le Doubs, pour visiter
le Fort de Joux où s’est éteint le 7 avril
1803 Toussaint Louverture, déporté
par Bonaparte, né esclave à Saint-
Domingue, premier général noir de
l’armée française, leader de la révolution
des esclaves et père de
l’indépendance d’Haïti.

Une Maison de la négritude et des droits de l’homme

Le lendemain est prévue la visite
de la Maison de la négritude et des
droits de l’homme dans la petite ville
de Champagney en Haute-Saône.
Ce
village a été le seul à demander en
1789, dans l’article 29 de ses cahiers
de doléances, l’abolition de l’esclavage
dans les colonies.
Pourtant, le seul
Noir de leurs connaissances était le
roi mage du tableau de leur église !

Depuis juillet 2007, Aimé Césaire
était le président d’honneur de ce
musée qui présente la reconstitution
de la cale d’un navire négrier avec des
esclaves enchaînés et les produits
obtenus grâce à l’esclavage (ballots de
coton, de café, des pains de sucre…).
Des documents retracent aussi la longue marche de l’esclavage jusqu’à
son abolition en 1848.

Enfin, la visite à Fessenheim dans le
Haut-Rhin, de la maison de Victor
Schoelcher, figure emblématique des
abolitionnistes, clôturera ce périple.
Rappelons que c’est Victor Schoelcher,
sous-secrétaire d’Etat aux Colonies
sous la deuxième République,
qui fit entériner le 27 avril 1848 le
décret d’abolition de l’esclavage dans
les colonies françaises.

Enfin, une exposition se tiendra
dans le hall de la mairie.
20 tableaux
retraceront l’histoire de la traite
négrière, de l’esclavage et de la lutte
pour l’abolition.

Marie-Christine Fontaine
Le 13 mai 2008

WEEK-END
Sur la trace des abolitionnistes
Samedi 24 et dimanche 25
Départ : samedi 24 à 7 h 30
devant la mairie
Participation : 40 € par personne
(apporter son pique-nique).
Nuit à Montbéliard.
20 places.
Inscriptions au 01.48.39.52.36

EXPOSITION
1848, l’esclavage aboli
Du vendredi 9 mai au vendredi 30 mai
Hall de la mairie.

 

Pied de page

Mise à jour le 24/05/2024 | Plan du site | Mentions Légales