Haut de page

Recommandations sur la grippe aviaire

Les pouvoirs publics (les ministères, la mairie...) donnent des informations et des conseils pour réagir en cas de présence de la grippe aviaire sur notre territoire.

Les pouvoirs publics (les ministères, la mairie...) donnent des informations et des conseils pour réagir en cas de présence de la grippe aviaire sur notre territoire. Conseils grippe aviaire (format pdf - 14.8 ko - 20/03/2006)

Par arrêté du 24 février dernier, le Ministère de l’Agriculture rend le recensement de tous les détenteurs d’oiseaux obligatoire.
Télécharger le formulaire de recensement à remettre au service communal d’hygiène et de santé.

La grippe aviaire est due à un virus (de type H5N1) qui :
- infecte particulièrement les oiseaux,
- est extrêmement virulent pour ces oiseaux, c’est-à-dire qu’il déclenche une forte mortalité dans le groupe d’oiseaux atteints,
- ne se transmet que difficilement à l’homme.

La maladie animale se traduit par une perte d’appétit de l’animal, un ralentissement
majeur de la ponte d’oeufs, des troubles respiratoires.
Le virus de la grippe aviaire est différent du virus de la grippe humaine.

Pour que le virus de la grippe aviaire se transmette à l’homme, il faut des
contacts intenses avec une forte concentration d’animaux infectés (avec
déchets, fientes, etc.) : dans ce cas, l’homme peut se contaminer par voies
respiratoires.
Les cas enregistrés dans le monde sont en effet extrêmement
peu nombreux, et tous liés à des contacts étroits, en milieu confiné, avec
des élevages de volailles contaminés.

Le virus actuel de la grippe aviaire ne se transmet pas d’homme à homme.

Pourquoi tant de précautions ?

D’une part, la contamination des volailles peut avoir un effet économique
majeur.
D’autre part, on peut craindre qu’un jour le virus de la grippe aviaire se modifie,
et devienne transmissible d’homme à homme : on serait alors dans une situation de risque épidémique (et de pandémie, c’est-à-dire de risque épidémique
à l’échelle mondiale).

C’est pour éviter cette situation que les pouvoirs
publics mettent en place des « plans d’actions » destinés à être utilisés en cas
d’apparition d’un virus dangereux pour l’homme.

En conclusion

Les pouvoirs publics (les ministères, la mairie...) s’organisent pour pouvoir
réagir vite en cas de problème, dans le futur.
Aujourd’hui, rien ne doit être changé dans notre vie quotidienne ; il faut
appliquer les principes classiques d’hygiène.
Vous trouverez en téléchargeant le document ci-dessus quelques informations sur des questions qui sont fréquemment posées :
- grippe aviaire : faut-il éviter certains aliments ?
- que faire lors de la découverte d’un oiseau mort ?
- mesures de précautions pour les oiseaux vivants

Le 20 mars 2006
Philippe Pinto

 

Pied de page

Mise à jour le 15/07/2024 | Plan du site | Mentions Légales