Contenu

L’incivisme pointé du doigt

A l’occasion des Assises organisées
par la Ville et Plaine Commune et
qui se sont déroulées en salle du
conseil municipal, une centaine de personnes
avaient fait le déplacement pour
s’informer et débattre d’une question qui
leur tient à coeur : comment inverser la tendance
pour vivre dans un quartier et une
ville plus propres ?

A l’occasion des Assises organisées
par la Ville et Plaine Commune et
qui se sont déroulées en salle du
conseil municipal, une centaine de personnes
avaient fait le déplacement pour
s’informer et débattre d’une question qui
leur tient à coeur : comment inverser la tendance
pour vivre dans un quartier et une
ville plus propres ?
Téléchargez le Bilan de la Propreté 2013 (format pdf - 6.4 Mo - 06/01/2014)

Car, malgré les interventions
nombreuses des agents sur la voie
publique, 80 % des habitants ayant répondu
à l’enquête jugent la propreté de leur quartier
plutôt mauvaise.

La majorité d’entre eux estiment
pourtant que les
équipes nettoient rapidement
après le marché, que
le ramassage des encombrants
est bien effectué et
que les poubelles sont régulièrement
vidées.
En revanche, les crottes
de chien restent un problème récurrent.

Comme ceux ayant participé à l’enquête,
les habitants présents aux Assises dégagent
des priorités pour améliorer la propreté :
verbaliser davantage les infractions, balayer
plus souvent les trottoirs et, en matière de
tri et d’encombrants, bien informer sur les
modalités.
« Nous avons mené plusieurs
actions de sensibilisation au tri, dans les
écoles, les centres de loisirs et, cette année,
il y a une légère augmentation des objets
triés
, a précisé Henri Clément, directeur
de l’Unité territoriale de la Propreté. Nous
constatons toutefois un relâchement sur le
verre. Nous allons donc réactiver la sensibilisation
au tri en général et à la réduction
des déchets. Concernant les dépôts
sauvages, les mises en demeure sont en augmentation
(310 procédures en 2013). Nous
avons conjuré les gros dépôts, mais pas encore
les petits (sacs au pied des arbres, par
exemple). En 2014, nous multiplierons les
actions contre l’incivisme et activerons des
panneaux mobiles informant les habitants
du passage des équipes de nettoyage. »

10 tonnes de déchets balayées chaque jour

Bien souvent, en effet, comme l’a souligné
un riverain des Quatre-Chemins, « ceux
qui partent le matin travailler voient leur
rue sale et, quand ils rentrent le soir, elle
est toujours sale. Cela ne veut pas dire
qu’elle n’a pas été nettoyée dans la journée
 : elle a été resalie, mais on ne sait pas
qu’à un moment de la journée elle a été
propre. »

Le bilan du service fait pourtant
état d’un balayage de 10 tonnes de déchets
par jour, auxquels s’ajoute le ramassage de
4 tonnes de poubelles publiques.

Les habitants ont profité de la présence des
techniciens et des élus, dont le maireJacques
Salvator
, aux côtés de Véronique Hammache,
maire-adjointe à la Propreté, et de
Tedjini-Michel Maïza, maire-adjoint à
l’Ecologie urbaine, pour exprimer quelques suggestions : prévoir un passage pour les
encombrants deux fois par mois au lieu d’un
actuellement, intervenir auprès de Paris
pour rendre les abords de la Porte de la
Villette plus agréables, faire une campagne
d’affichage sur les sanctions possibles en cas
de dépôts sauvages et, pourquoi pas, faire
nettoyer la rue par ceux qui la salissent…
Peut-être un bon moyen pour que chacun
se sente concerné par la propreté ?

Isabelle Camus
Le 6 janvier 2014