Contenu

La Ville a paré au plus urgent

Le bilan après l’incendie de l’immeuble de la rue Prévost, samedi 7 juin 2014.

Le bilan après l’incendie de l’immeuble de la rue Prévost, samedi 7 juin 2014.

Au soir de ce samedi 7 juin, l’immeuble du numéro 4 de la rue Prévost est
en flamme pour la deuxième fois en deux ans.
Très rapidement, le maire, Pascal Beaudet, des élus, les services de la Ville et la Croix-Rouge vont se poster sur le front des secours d’urgence.
Les medias – presse, télé, radio auront largement couvert l’événement pour rendre compte des efforts des pompiers, du témoignage des riverains, du bilan dont on appréhendait qu’il s’alourdirait dans les heures qui suivraient, de la piste criminelle…

De fait, il s’agissait bien d’un incendie meurtrier déclenché par un adolescent de 12 ans : le jeu des allumettes dans un local à poussettes, et le drame à la sortie avec trois morts et trois blessés graves.

Solidarité et organisation pour faire face à l’urgence Les forces vives de l’information auront zoomé sur Mohssen Oukassi et Mohamed Khardeni, deux Tunisiens sans-papiers habitant l’immeuble qui avaient aidé à sauver plusieurs personnes (la préfecture de Seine-Saint-Denis les régularisera dans la foulée)… surligné la réactivité des habitants du quartier qui aura contribué à une véritable chaîne de solidarité tandis que la Ville réquisitionnait le gymnase municipal Manouchian pour l’accueil dans l’urgence de plus de 100 personnes : « Chaque matin, les services sociaux de la Ville se sont réunis en cellule de crise pour aborder la situation de chaque famille, des propriétaires, des locataires et des personnes hébergées. Tous ont été reçus individuellement afin d’évaluer la meilleure solution : mise à l’abri et aide psychologique dans un premier temps, solidarité matérielle et alimentaire, puis parcours vers un relogement, aide dans les démarches auprès des assurances et des institutions », précise Pascal Beaudet.

A ce jour, pour les 36 familles concernées, les solutions d’hébergement transitoire sont effectives.
La seconde phase pour aboutir au relogement définitif des locataires et propriétaires débute avec les partenaires
de la Ville, l’Etat et les bailleurs sociaux.

Eric Guignet
Le 4 juillet 2014