Contenu

Un serpent de lumière à travers la ville



Un cortège de lanternes en tous genres s’est frayé un chemin dans la ville, en musique et en bonne humeur, suscitant la surprise et un plaisir visible parmi les spectateurs d’un soir, samedi 12 octobre

Une girafe et une libellule géantes, des têtes monumentales parées de cœurs et autres motifs multicolores, mais aussi des sobres pyramides dans la plus fidèle tradition, plusieurs dizaines de lanternes d’osier et de papier ont fait irruption dans la ville, samedi soir, au rythme de percussions brésiliennes, sous les regards médusés et souvent enchantés des passants et des riverains.

Le cortège d’environ 300 personnes adultes et enfants est parti de la résidence des Fusains, a remonté la rue Henri Barbusse pour se perdre dans la cité de la Maladrerie, avant de rebrousser chemin vers le centre ville et le théâtre en rénovation de l’association des Frères Poussières, qui a organisé l’événement.

"Les participants étaient trois fois plus nombreux que lors de la première édition, l’année dernière", estime Sabine Zipci, chargée de projets aux Frères Poussières. Si l’événement a grandi, c’est notamment en raison de la multitude d’ateliers de fabrication organisés depuis juin, en partenariat avec plusieurs associations et structures de la ville- Auberfabrik, la Parenthèque, Maison pour tous Berty Albrecht... "De plus, un atelier permanent a été animé au théâtre tous les après-midis des quinze jours précédant le défilé".

Des membres de l’association anglaise B. Arts, qui la première a mis en œuvre ce projet dans sa ville en s’inspirant d’un travail effectué au Japon, étaient également présents samedi.
L’objectif de ces initiatives, explique Guilain Roussel, président de Frères Poussières, est de "créer une expérience marquante qui fait qu’ensuite, les gens ne verrons plus leur rue, leur quartier, de la même manière.

NA
Photos : Mickaël Barriera
Le 14 octobre 2013