Contenu

Graines de web reporters

Depuis la rentrée 2013, des écoliers
en CM1 et CM2 des quartiers
Maladrerie-Paul Bert découvrent
l’après-midi, sur le temps périscolaire et les
ateliers qui les accompagnent, le métier de
web reporter.

Depuis la rentrée 2013, des écoliers
en CM1 et CM2 des quartiers
Maladrerie-Paul Bert découvrent
l’après-midi, sur le temps périscolaire et les
ateliers qui les accompagnent, le métier de
web reporter.

Carnets, stylos, enregistreurs
et appareil photo en main, ils assurent des reportages
sur les acteurs de leur quartier qu’ils
publient, ensuite, sur un blog.
« Au premier trimestre, nous sommes allés à la Fripouille
avec des enfants de Paul Bert qui ont découvert
le recyclage de vêtements, à l’Omja
avec ceux de Joliot Curie et à la rencontre de
l’artiste Sylvie Da Costa avec l’école Paul
Langevin
 », énumère Marie Sanyas, animatrice
de l’association e-graine, qui encadre
les enfants.

Depuis six ans, cette association mêle éducation
au développement durable et initiation
aux nouveaux outils numériques.
L’objectif
 : faire découvrir aux enfants leur
territoire sous un jour différent, celui des
initiatives responsables et solidaires qui se
déroulent près de chez eux.
« C’est aussi un projet multimédia : en réalisant un blog, ils
apprennent à être acteurs de ces nouveaux
outils en ligne. Mais ce qui les marque le
plus, ce sont les rencontres sur le terrain
 »,
souligne l’animatrice.
C’est d’ailleurs sur ce
constat qu’e-graine a capté l’attention de la
municipalité qui l’a retenue pour intervenir
dans les ateliers périscolaires.

Comme les pros, ce sont les enfants qui
choisissent leur sujet. Le 14 février, à la
salle de quartier de la Maladrerie, les six
médiateurs de jour sont ainsi passés au crible
des questions des CM2 de Joliot Curie.
Depuis trois mois, ces jeunes en contrat
d’avenir avec la municipalité parcourent la
ville pour contribuer à la tranquillité publique,
informer et intervenir, le cas
échéant.
« La présence de ces médiateurs
dans le quartier a interpellé les enfants.
C’est important qu’ils comprennent notre
rôle
, sourit Abdelhak Kedaddouche, leur
responsable au sein du service municipal
Prévention et sécurité.
Les intervieweurs en
herbe ont posé plein de judicieuses questions
à ces médiateurs qui font figure de
grands frères.
« Pourquoi on ne peut pas régler nos problèmes tous seuls ? »
s’interroge ainsi Nawel. « Lorsqu’on est pris dans
un conflit avec un autre, il est parfois difficile
de faire la paix sans l’aide d’une tierce
personne.
 »

Message reçu cinq sur cinq par le groupe
dont il ne vous reste plus qu’à découvrir le
reportage multimédia (textes, sons et images)
sur le blog des enfants d’Aubervilliers !

Aurélia Sevestre
Le 5 mars 2014