Contenu

Le bon cap du FCMA

A la rue en début de championnat, le FCM Aubervilliers s’est refait une santé d’acier au milieu
de l’automne pour ne plus rien lâcher depuis, après avoir assuré son maintien.

A la rue en début de championnat, le FCM Aubervilliers s’est refait une santé d’acier au milieu
de l’automne pour ne plus rien lâcher depuis, après avoir assuré son maintien.

Cela aurait pu être le scénario d’une
saison en enfer, mais en définitive
il n’en sera rien. Les footballeurs
du FCMA ont assuré avec fermeté leur
maintien en Championnat fédéral amateur
avant même la clôture des débats.

Qui l’aurait parié en début d’exercice
lorsque tout allait de travers sur le terrain ?
Une préparation perturbée par la pose nécessaire
de la pelouse synthétique sur le
stade Karman qui avait mu l’équipe en nomade,
obligée de s’entraîner ailleurs mais
sans retrouver nulle part le cocon rassurant
de son terrain maison.
Ce fut également
une série choc de blessés et de joueurs suspendus,
couplée avec une entrée calamiteuse
dans la compétition, ponctuée de plusieurs
matches disputés à l’extérieur, même
quand sur la feuille de match il était écrit
qu’Aubervilliers recevait.

Résultat, des repères atomisés, des gars qui
se demandent ce qu’il leur arrive et le compteur
de points aussi encalminé qu’un pot
d’échappement mal réglé.

Un match, trois
matches, quatre matches qui tournent au
vinaigre à l’automne, et puis du mieux au
mois de novembre avec des victoires attendues
qu’accompagne le retour de
l’équipe sur le gazon new look de Karman.
Depuis, les joueurs ont retrouvé toutes
leurs couleurs, leurs repères et leur football,
au point de figurer dans le premier
tiers du classement à la mi-avril, soit cinq
matches alors du terme du championnat.
Abdellah Mourine, l’entraîneur intraitable,
a retrouvé « un groupe travailleur, tenace,
réaliste et responsable
 », comme il
aime le répéter à l’envi.

Maintien assuré


Inspiration, respiration, le groupe sauvé
des eaux respire à pleins poumons avant
de recevoir Dieppe le 17 mai, son avantdernier
match du championnat qu’il clôturera
en déplacement une semaine plus
tard à Roye.
« La course au maintien est
gagnée et nous jouons maintenant l’esprit
libéré sans autre envie que nous faire plaisir
et pratiquer le meilleur football possible

 », confirme Kamel Belkebla, l’entraîneur
adjoint. « Nous avons retrouvé notre
vrai visage, démontré que le groupe est bon
et su nous acclimater aux conditions de
jeu de la nouvelle pelouse
 », ajoute-t-il.

Le dirigeant croit dans le potentiel du collectif
et n’imagine pas de grand chamboule
tout à la fin de la saison. Pas les moyens pécuniaires
et encore moins l’envie. Il y a de
l’avenir dans ce FCMA-là, même s’il aura
besoin de quelques retouches ici et là.

Mais, sauf revirement improbable, 2014-
2015 se fera sans Abdellah Mourine. Le
coach ombrageux avait annoncé en début
de saison que ce serait sa dernière en bleu
et blanc.
Très courtisé par des clubs plus
huppés, il avait jusqu’à présent privilégié
l’amitié avec les dirigeants du club et la
conduite de son projet sportif pour lequel
il avait signé en 2008.
« Nous comprenons
sa démarche car il est diplômé et mérite
largement d’évoluer un cran au-dessus.
J’espère qu’il y aura un président de club
suffisamment malin pour le recruter
 », reprend
Kamel Belkebla.

Le départ d’Abdellah, c’est un cycle qui
s’achève, ponctué par bien plus de hauts
que de bas, et notamment deux montées
en deux ans, de la Division d’honneur
au CFA.
Surtout, le coach a su instiller la
gagne et la rigueur dans les esprits qu’il
s’est efforcé de façonner à son image d’intransigeant
notoire.

Il a reçu des propositions, les examine et
décidera. Le coach au sang chaud mais à la
tête froide garde les pieds sur terre.
Mais,
à quarante ans, son aventure sur les bancs
de touche ne fait que commencer, même s’il
en a déjà usé six sur celui d’Aubervilliers.

Frédéric Lombard
Le 7 mai 2014