Contenu

Contre le tracé du Mur à Beit Jala (Palestine)

Aubervilliers marque sa solidarité envers sa ville jumelée en étant contre le tracé du Mur à Beit Jala (Palestine).

Les liens qui unissent Aubervilliers et Beit Jala sont très
forts. Depuis 1997, les deux villes sont jumelées
permettant des échanges et projets dans les secteurs du
sport, de la santé, de la jeunesse, et de la culture avec
notamment la création du Festival culturel pour la Paix. Un
Festival qui permet également de nous rassembler avec
IENA, notre ville jumelée en Allemagne.

Cette coopération est importante pour rappeler que la
Palestine est riche des connaissances et du savoir-faire de
ses citoyens.

Le 17 août dernier, j’ai été alerté par le Maire de Beit Jala,
Nicola Khamis, de l’arrivée dans la ville d’engins mécaniques protégés par les soldats de l’armée
israélienne.
Leur travail de déracinement d’oliviers millénaires avait commencé, sans qu’aucune information
ne soit faite auprès des 58 familles propriétaires ni aux autorités locales et avec pour objectif d’agrandir les
colonies de Ghilo et de Har Ghilo déjà installées sur le territoire.

La destruction brutale des oliveraies est lourde de conséquences car elles sont la principale ressource de
Beit Jala. L’huile d’olive qui y est produit est considérée comme l’une des meilleures de Palestine. C’est une
source de revenu importante pour une population déjà lourdement éprouvée par le chômage et l’isolement.

Révolté par cette agression, mais aussi par la position de la Cour Suprême d’Israël qui avait rejeté le tracé
du mur avant de revoir son jugement en juillet dernier, j’ai interpellé au nom de la Municipalité,
l’Ambassadeur d’Israël en France ainsi que le Ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius pour que ces
agissements soient condamnés et les terrains restitués.
La Sénatrice Evelyne Yonnet, la députée Elisabeth Guigou et le député européen Patrick Le Hyaric ont
également interpellé les autorités françaises, européennes et israéliennes.

La ville d’Aubervilliers se sent concernée par la situation grave qui se dégrade actuellement à Beit Jala en
Palestine. La présence samedi 5 septembre à 12h00 de nombreuses personnes sur la place de la Mairie en
atteste. En symbole à notre réaction solidaire envers la ville, des rameaux d’oliviers ont été arborés pour
exiger la préservation de leurs oliviers millénaires. Emblème de la paix, ils traduisent bien les sentiments qui
nous animent.

Pour porter ce message de soutien et de solidarité à la population et aux élus de Beit Jala, je conduirai avec
Féthi Chouder, mon adjoint délégué aux relations internationales, une délégation à Beit Jala les 24, 25, 26 et
27 septembre prochains dans le cadre du Festival Culturel de la Paix.


Pascal Beaudet
Maire d’Aubervilliers
Conseiller départemental de Seine-Saint-Denis
Vice-président de Plaine Commune
Le 7 septembre 2015