Contenu

Extension du domaine de leurs nuits

Depuis novembre 2013, le travail des
médiateurs de nuit a sensiblement
permis d’améliorer le cadre vie sur
leurs zones d’intervention : le dispositif Aubermédiation
est conforté et devrait s’étendre
à d’autres secteurs de la ville.

Engagé à titre expérimental sous la précédente
mandature, le dispositif Aubermédiation
semble avoir passé le banc d’essai
avec succès après 1 086 maraudes, 24 843
contacts réalisés et les quelque 4 862 kilomètres
parcourus rien que pour l’année
2014 !

« Nous sommes maintenant clairement
identifiés et sollicités sur le terrain. On a
réussi à tisser du lien avec la population tout
en peaufinant notre approche professionnelle
au moyen de formations parfois très
techniques : notamment en ce qui concerne
les interventions sur les différents patrimoines
immobiliers
 », relève Hicham Chiki,
directeur du dispositif.

Du mardi au samedi – de 17 heures à une
heure en été – sur leurs deux secteurs Est et Ouest de la ville, les 14 médiateurs de nuit
assurent une présence humaine et contribuent
à la tranquillité publique sans se substituer
à l’action de la police.
Conflits de voisinage,
occupations de halls et autres
incivilités se règlent par la médiation, la prévention
et le dialogue.

« On a par exemple
largement contribué à ce que la sérénité revienne
après les débuts difficiles du Franprix
avec quelques jeunes en centre-ville
 », rappelle
Adyl, membre de l’équipe.

jpg - 54.5 ko
Les médiateurs de nuit

Bilan globalement positif ?

Le job comprend également une veille technique
relative aux dégradations matérielles
du parc immobilier et une veille sociale :
« 692 dysfonctionnements et 59 signalements
sur des situations particulières et/ou
problématiques ont été remontés aux bailleurs
et à la Ville.
En outre, 35 personnes
isolées ont été visitées au moins une fois par
semaine tandis que 70 personnes ont bénéficié
d’un travail d’orientation vers les dispositifs d’aide à l’emploi, à
la formation, à la recherche
de subventions comme
Auber +
 », assure-t-on ici.

On n’oubliera pas non plus
la contribution des médiateurs
dans les suites de l’incendie
rue Ernest Prévost
cet été…
Le bilan est-il globalement
positif ? « Les bailleurs
sociaux sont satisfaits et
la population est très demandeuse,

constate Jean-
François Monino, maireadjoint
à la Sécurité et
président du Groupement
d’intérêt public (GIP) Aubermédiation.

Fruit d’un partenariat public-privé
avec les bailleurs – OPH, RIVP, 3F et
France habitation – et l’entreprise Simply
Market, le GIP devrait ainsi être pérennisé
et entendu : « Le bailleur Villogia va bientôt
rentrer dans le GIP et on va procéder à un
ajustement des zones d’intervention. La Maladrerie
n’y était pas incluse, les médiateurs
pourraient intervenir sur le quartier.
Par ailleurs,
plus il y aura de partenaires, plus il y
aura de moyens pour que le dispositif puisse
s’étendre. On y travaille
 », soutient Jean-
François Monino
.
Des discussions avec Ibis Budget [ex-Etap
Hotel], Solvay, Rhodia et le futur Fashion
Center sont en cours. « On a également sollicité
des entreprises installées de longue
date sur la ville pour participer au développement
de la médiation
 », conclut l’élu.

Eric Guignet
Le 4 mars 2015

Aubermédiation
Tél. : 06.51.92.04.98
www.aubermediation.fr
Mail : aubermediation@gmail.com