Contenu

Centre de radiothérapie de la Roseraie : la Municipalité interpelle Claude Evin

Alors que l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France présentait ce mardi 31 mars 2015 à 19h30 son projet territorial de Santé à l’Université Paris XIII (Bobigny), une cinquantaine de personnes se sont invitées à l’événement afin d’exprimer une nouvelle fois leur opposition à la fermeture du centre de radiothérapie d’Aubervilliers.

Alors que l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France présentait ce mardi 31 mars 2015 à 19h30 son projet territorial de Santé à l’Université Paris XIII (Bobigny), une cinquantaine de personnes se sont invitées à l’événement afin d’exprimer une nouvelle fois leur opposition à la fermeture du centre de radiothérapie d’Aubervilliers.

Derrière la banderole « non à l’apartheid médical dans le 93 », médecins et personnels du centre se sont exprimés sur les conséquences de la fermeture du centre.
Des habitants ont manifesté leurs inquiétudes quant à l’avenir des soins des membres de leur famille.
Maria Mercader, adjointe au maire d’Aubervilliers chargée de la Santé, aux côtés des élus de la ville, s’est exprimée pour défendre cette offre de soins indispensable à la commune et a interpellé Monsieur Claude Evin, directeur de l’ARS.

«  Si nous sommes rassemblés dans cet amphithéâtre, c’est pour exprimer notre incompréhension face à une décision qui affecte la santé des patients de la commune, des villes avoisinantes et de la Seine Saint Denis. C’est aussi pour exprimer notre détermination à voir votre position changer » a-t-elle déclaré.

Puis d’insister sur l’urgence de la situation « Une procédure de liquidation judiciaire est en cours contraignant médecins et personnels hospitaliers à annoncer aux patients l’abandon du traitement de leur tumeur par l’une des rares machines dernière génération du département ».

Devant une audience attentive et malgré la détresse exprimée, Monsieur Claude Evin a campé sur ses positions continuant à évoquer des questions de sécurité pour justifier sa décision.
Un argument non justifié et contesté à maintes reprises.
Depuis plusieurs semaines la mobilisation s’est amplifiée et se poursuivra avec un nouvel appel en direction des parlementaires.

La Municipalité
Le 31 mars 2015

jpg - 47.6 ko