Contenu

Embarquement immédiat

Quelques semaines avant les grands
débuts de l’Embarcadère, l’on
découvrait in situ l’allure du nouveau
« temple » local destiné aux
pratiques artistiques.

Quelques semaines avant les grands
débuts de l’Embarcadère, l’on
découvrait in situ l’allure du nouveau
« temple » local destiné aux
pratiques artistiques.

Drôle d’impression
que d’imaginer en son antre vide le plein,
celui-là quasi assuré aux soirs des 5 et 6 octobre
prochains, inauguration du Conservatoire
et de la salle de spectacle municipale,
un événement dans l’événement, festif et
gratuit…

Une programmation tout public

« Moi, cette salle me fait penser à la Gaîté
lyrique [fameux spot parisien] », sourit
Halim Kherbouche, directeur technique
du lieu et affairé ici à procéder aux dernières
installations qui permettront à l’Embarcadère
d’accueillir différentes formes
de spectacles – concerts, théâtre, danse,
cirque, one man show – tout cela avec une
forte dominante « musiques actuelles » :
soit une salle polyvalente et à géométrie
variable, ses gradins rétractables pouvant recevoir quelque 400 personnes cependant
que, en configuration concert, la jauge
se situe autour de 700 places.

L’idée ? « Proposer des projets artistiques
variés, ambitieux, une programmation en
direction de tous les publics : têtes d’affiche
à raison de deux dates par mois, acteurs
culturels du territoire… mais aussi
des projets locaux ou associatifs. Il pourra
également s’y tenir des séminaires, des
conférences ou autres comités d’entreprises
via la location de salle
, énumère
Olivia Pisano, responsable administrative
de l’équipement.
Son ancrage territorial
est un enjeu majeur et elle doit permettre
une circulation des projets en complémentarité
avec les Espaces Fraternité et
Renaudie
 ».

Musiques ? Amplifiées mesdames et messieurs
 !
L’Embarcadère reçoit deux dates
du festival Villes des Musiques du Monde
(voir p.20) et – attention il y aura foule –
Michel Jonasz en configuration piano-voix
le samedi 26 octobre.
Tout cela avec une
grille tarifaire étudiée pour « favoriser l’autonomie financière de l’établissement sans
créer d’effets d’éviction sur les publics dont
les ressources financières sont limitées
 »,
explique-t-on du côté de la municipalité :
25, 20 et 15 euros (8 pour le jeune public)
en tarif plein… on embarque ?

Claude Dupont
Le 3 octobre 2013