Contenu

Eveil sportif à l’école

A travers son service des Sports, la municipalité déploie 8 éducateurs sportifs en milieu
scolaire qui prêtent main-forte aux enseignants dans 250 classes. Une implication
et un dispositif exceptionnels en faveur des plus jeunes.

A travers son service des Sports, la municipalité déploie 8 éducateurs sportifs en milieu
scolaire qui prêtent main-forte aux enseignants dans 250 classes. Une implication
et un dispositif exceptionnels en faveur des plus jeunes.

Au filet et à la volée, en attaque
comme en défense, les 25 éducateurs
du service municipal des
Sports affichent une polyvalence à toute
épreuve.

Après les centres de loisirs, à la piscine,
dans les ateliers sport-santé, ils interviennent
également en milieu scolaire.
Avec
8 d’entre eux, mis à disposition de l’Education
nationale dans les écoles élémentaires,
Aubervilliers déploie à longueur
d’année un effort exceptionnel en direction
des établissements du premier cycle
qui le souhaitent. « C’est une des rares
communes à nous proposer autant d’intervenants,
ce qui permet de répondre à
toutes les demandes, et il y en a !
 » confirme
Sophie Colin, conseillère pédagogique
EPS de circonscription.

6 000 élèves concernés
par cet éveil sportif

Trois heures d’Education physique et sportive
(EPS) sont normalement prévues par
l’Education nationale à l’école élémentaire.
Mais sans professeur spécifique dédié
à cette matière.
Il revient donc à l’enseignant(
e), pas nécessairement à l’aise ou
formé, d’animer lui-même les créneaux.
« Dans les écoles qui nous sollicitent, nous
détachons des éducateurs sportifs qui co-animent les séances d’EPS
 », précise Djamel Belkhedra, en charge de l’animation
et de l’éducation auprès du service
municipal des Sports.

Le dispositif mis en place n’a vraiment rien
d’anecdotique. « Nous intervenons dans
163 classes, du CP au CM2, auxquelles
s’ajoutent 74 autres par semestre en CM1
et CM2, dans le cadre du projet Savoir
nager ; sans oublier les Clis
[classe pour
l’inclusion scolaire] et 4 classes en maternelle
 », ajoute-t-il.

Au total, près de 250 classes bénéficient
d’une activité terrestre ou aquatique
encadrée par des professionnels.

Cela représente quelque 6 000 élèves,
sur les 9 000 scolarisés en élémentaire.
Cet éveil sportif, tant sur le plan éducatif
que celui de la santé, peut également
créer des passerelles avec les
clubs qui proposent les disciplines découvertes
dans le cadre du sport à
l’école.

Huit disciplines proposées dans
les écoles ou les salles spécialisées

Le dispositif comprend 8 disciplines :
tennis, judo, cyclisme, boxe anglaise,
natation, roller, escrime et jeux d’opposition.

Elles sont organisées par cycle de 10 séances, soit la valeur d’un trimestre
de découverte. Des clubs prêtent leur
concours et y impliquent directement leur
encadrant.
Certains sports se déroulent
dans les établissements scolaires. D’autres
sur les équipements et dans les salles
spécialisées, en fonction de leur proximité
avec l’école.

Ainsi, à Victor Hugo, la classe de CP de
Marie Glevarec se retrouve chaque jeudi
de 13 h 45 à 14 h 35 sur les courts de tennis
du stade André Karman.
Cet après midi
d’octobre, les 21 élèves s’en sont
donné à coeur joie durant une cinquantaine
de minutes. Fabien Gonzalez, éducateur
sportif détaché au CMA Tennis, a
préparé la séance et ne boude pas son plaisir.
« Je retrouve l’essence de mon métier car
je l’aborde ici sous un angle moins sportif,
mais plus axé sur l’éducatif
 », assure-t-il.
L’enseignante apprécie ce coup de pouce
qualitatif. « C’est un vrai professeur de
sport. Je l’assiste et, du coup, j’apprends
moi aussi !
 » confie-t-elle.

Depuis la rentrée, le dispositif bien huilé
s’est ouvert aux maternelles.
Une expérimentation
a été lancée dans les écoles
Francine Fromont et Jacques Prévert.
Nul doute que, là aussi, les enfants en redemanderont.

Frédéric Lombard
Le 4 novembre 2014