Contenu

Prière commune pour la paix



Musulmans, juifs, catholiques, protestants, bouddhistes, et même athées... Plus de 250 habitants de toutes croyances se sont recueillis ensemble en réaction aux attentats de novembre, unis par leur désir de fraternité au-delà des différences, dimanche 3 janvier.

"On a une même humanité"... Le mot était dans toutes les bouches, dimanche 3 janvier après-midi au Gymnase Manouchian, lors du recueillement interreligieux organisé à l’appel des différentes organisations religieuses de la ville en réaction aux attentats du 13 novembre.

Humanité, fraternité, tolérance, paix... Du Coran à la Torah, de la Bible aux enseignements bouddhistes, ces valeurs sont au cœur du message religieux, ont rappelé les représentants de l’Association des musulmans d’Aubervilliers (AMA), des paroisses catholiques, du Foyer fraternel / Eglise protestante unie de France, des communautés israélites Ohel Yaacov et Kehilat Chnéor et de la communauté bouddhiste bangladaise Sarvajanin Buddha Vihara.

Plus de 250 personnes, croyantes ou non, dont la première adjointe au maire Meriem Derkaoui et de nombreux autres élus, ont participé à ce moment de réaffirmation du désir de vivre ensemble, ponctué par des prières, chants et silences. "Nous avons des différences. Mais cette diversité est notre richesse", a insisté en introduction Faryal, jeune femme de confession musulmane à l’origine de l’initiative.

L’atmosphère était à la sérénité... "Qu’est-ce qu"on serait heureux si c’était comme cela tout les jours", a glissé une dame à sa voisine.

"Parfois ils suffirait d’un simple bonjour", a confié Faryal. "En ces temps où la haine pointe son nez, c’était important de rappeler que rien ne sert de répondre à la violence par la violence. Le temps fort d’aujourd’hui a rassemblé très largement. Je l’espère, d’autres actions suivront".

N.A
Le 4 janvier 2016
Photos : Michaël Barriera