Haut de page

Neuf mois de chantier pour refaire l’avenue du Président Roosevelt

Les travaux débuteront
en février sans que
la circulation ne soit coupée. A la fin de l’année, l’avenue aura un nouveau visage, avec des couloirs de bus
en site propre,
des trottoirs et une chaussée entièrement refaits, ainsi qu’une piste cyclable.

Les travaux débuteront
en février sans que
la circulation ne soit coupée. A la fin de l’année, l’avenue aura un nouveau visage, avec des couloirs de bus
en site propre,
des trottoirs et une chaussée entièrement refaits, ainsi qu’une piste cyclable.

C’est un gros chantier qui succède, deux ans après, à un autre très gros chantier !
Car les travaux qui vont bientôt commencer sur l’avenue du Président Roosevelt s’inscrivent dans la suite logique de ceux qui avaient permis, en 2004, de transformer de fond en comble l’avenue de la République.
« Ça recommence, alors ? », ne manqueront pas de s’énerver certains.
Sûr qu’un axe majeur sens dessus
dessous pendant plusieurs mois, ça ne fait plaisir à personne.
Les automobilistes risquent de râler, les riverains, aussi, les commerçants le long de l’avenue également...

Alors, pourquoi s’engager là-dedans ? « Parce que, voie importante après voie importante, Aubervilliers
a engagé la modernisation d’un réseau vieillissant qui s’avérait de plus en
plus inadapté aux usages en pratique dans une ville d’aujourd’hui », justifie
Jean-François Monino, le maire-
adjoint aux Transports.

Reconfigurer la voie au profit des usagers locaux, en limitant le débit venu de l’extérieur

Roosevelt après République ? Les deux avenues se suivent pour former le principal axe qui traverse la commune.
Avec une circulation allant de la A86 à la RN2, la voie a longtemps été utilisée comme une rocade.
Avec un flux de véhicules impressionnant pour un axe passant par un centre-ville.

En transformant les deux avenues en véritable boulevard urbain, il s’agit donc de reconfigurer les lieux au profit des usagers albertivillariens, en limitant le débit venu de l’extérieur et en ouvrant la voie à une ligne 170 plus fluide et aux circulations douces.
Concrètement ? « Le chantier s’é-tendra, un côté de la voirie après
l’autre, du carrefour de la place de la
Mairie (sans qu’il ne soit touché à celui-ci) au carrefour de la rue Heurtault.
Sur une longueur totale de 860 m », précise Georges Oliveira, le responsable du service Exploitation de la voirie à Plaine Commune (puisqu’il s’agit d’une compétence désormais déléguée à la communauté d’agglomération).

Au programme, comme pour l’avenue de la République : la réalisation de couloirs protégés partiels pour
le bus, la reprise de la chaussée et des trottoirs (avec l’utilisation de matériaux de qualité, notamment des dalles de granit), un nouveau mobilier urbain avec un double éclairage
(voirie-chaussée).

Une piste cyclable le long des arbres sur les trottoirs

L’en plus ? La matérialisation d’une vraie piste cyclable des deux côtés de la voie, ce qui n’avait pas été possible pour République.
« Sur Roosevelt, les alignements d’arbres sont plus en retrait du bord des trottoirs.
Du coup, cela forme comme une bande utilisable pour les vélos sans qu’il y ait risque de conflit avec les piétons »,
explique Georges Oliveira.
Autre différence : seuls quelques-uns des arbres de l’avenue seront
dessouchés pour être remplacés par d’autres spécimens, alors qu’aucun n’avait été conservé sur le précédent chantier.
L’explication ? « Sur République, il s’agissait de platanes, tous malades ou déjà morts.
Sur Roosevelt, nous avons à faire à des acacias, en bien meilleure santé », indique Gérard Régnier, également technicien à Plaine Commune.

Autre nouveauté propre à embellir l’avenue : « Une trentaine de mâts fleuris, - des jardinières en hauteur -, seront installés ».
L’avenue est une départementale, les travaux d’un coût de 2,8 millions d’euros seront donc sous la responsabilité du Conseil général qui en financera près d’un tiers.
L’Etat, La Région et le Stif (le Syndicat des transports franciliens) apporteront leur contribution, surtout au titre de la modernisation de la ligne de bus 170 (désormais labellisée Mobilien).
Plaine Commune, pour sa part, investira plus de 300 000 euros pour
rajouter à la qualité des équipements de l’avenue.

Frédéric Medeiros
Le 8 janvier 2007

 

Pied de page

Mise à jour le 19/04/2024 | Plan du site | Mentions Légales