Contenu

Ouverture du centre commercial Le Millénaire



Mercredi 27 avril à 9 h,
Le Millénaire accueillera
ses premiers visiteurs.
Un nouveau concept de
shopping au bord de l’eau
à découvrir en même temps
que les animations prévues
ce jour-là.

Mercredi 27 avril à 9 h,
Le Millénaire accueillera
ses premiers visiteurs.
Un nouveau concept de
shopping au bord de l’eau
à découvrir en même temps
que les animations prévues
ce jour-là.

Cela n’a plus rien à voir avec avant ! »,
Patricia, Thérèse, Jeannine et quelques
anciens riverains ne cachent
pas leur admiration.
Face à ce petit groupe
d’amis, le début de rue de la Gare offre son
nouveau visage : asphalte impeccable, trottoirs
nickel, nouvelles plantations, perspective
sur la darse et, surtout, sur son flanc
droit, l’immense paquebot du centre commercial
Le Millénaire dont les portes vont
s’ouvrir mercredi 27 avril.

Pour Aubervilliers, cette ouverture représente
bien plus qu’un nouvel espace commercial.
Esquissé il y a plus de dix ans, ce
projet qui mêle boutiques, logements, bureaux,
espaces verts et ludiques, arrive à
terme.
Avec lui, c’est la métamorphose de tout le quartier Canal-Porte d’Aubervilliers
qui prend forme et une belle entrée
de ville qui s’annonce.
L’architecture du site, imaginée par l’architecte
de renom, Antoine Grumbach,
respecte l’histoire laborieuse du quartier
(brique, entrepôts) en lui associant du
contemporain : esprit loft, allées larges et lumineuses,
navettes fluviales, etc. Avec ses
12 000 m2 d’espaces verts et sa proximité
avec l’eau, « Le Millénaire se veut un quartier
commercial avec une âme
 », assure son
directeur général, Didier Ribierre.

Pour le moment, l’intérieur des lieux
ressemble à une ruche en ébullition avec
ses 1 400 ouvriers à pied d’oeuvre au quotidien.
Même si le jour J les 130 boutiques
ne seront pas toutes opérationnelles, on
peut déjà voir fleurir quelques façades :
Brioche Dorée, Afflelou, Kiko, Célio, etc.
Comme pour les encourager, le soleil pénétrant
à flot par les deux immenses verrières
(10 000 m2) éclaire généreusement les
deux niveaux des galeries marchandes.

Côté emploi, près de 1 700 personnes sont
attendues quotidiennement sur le site et
les nombreuses opérations de recrutement,
menées conjointement par les enseignes,
la Ville, la communauté d’agglomération et Pôle Emploi ont permis d’enregistrer
plus de 2 000 candidatures locales.
Le site
Internet, spécifique au Millénaire, a recensé
1 500 postulants dès les premiers
jours de sa mise en service.
Et s’il est encore
trop tôt pour lister les Albertivillariens retenus,
les employeurs n’ont cependant pas
caché leur intérêt pour les personnes demeurant
près du centre commercial.

Néanmoins, et parce que tout ne saurait
être idéal, nul ne sait encore précisément
l’impact sur le « petit » commerce de la
ville.
Certains redoutent déjà l’engouement
que ce centre, d’un nouveau genre, va
susciter avec l’arrivée de poids lourds,
comme la Fnac ou Carrefour.
Quelques-uns,
culottés comme Marmon sports, se
sont pourtant lancés à l’abordage du Millénaire,
encouragés et encadrés par la charte
de co-développement signée par la municipalité
et la Ségécé. Charte qui prévoit
également des aides pour maintenir une
offre de petits commerces dans la ville.
En attendant, les chantiers vont bon train,
le navire est à quai, prêt à jeter l’ancre le
27 avril à 9 heures tapantes .

Dossier réalisé par Maria Domingues
Le 8 avril 2011

Points de vue à quelques semaines de l’inauguration

Jacques Salvator
Maire d’Aubervilliers,
vice-président de Plaine Commune

jpg - 4.8 ko


Je suis heureux et soulagé que ce projet, qui
date de 1993, sorte enfin de terre.
La municipalité
a mis tout en oeuvre pour que ce
chantier démarre effectivement.
Heureux
pour les emplois que le Millénaire va générer
pour des Albertivillariens, pour l’attractivité
commerciale et pour l’image générale
de la ville.
Mais ce n’est pas suffisant, j’attends maintenant
la suite…
A savoir l’arrivée des centaines
de fonctionnaires de la Direction régionale
de la concurrence qui va s’installer
dans les nouveaux bureaux, le doublement
du Pont de Stains, le futur pont Pierre Larousse
qui devrait relier le quartier au boulevard
Félix Faure, la livraison des programmes
de logements…
En même temps, il nous faut rester vigilants
sur la tenue du petit commerce de proximité.
La charte de co-développement, que
avons signée avec la Ségécé, devrait nous
permettre de dégager des moyens pour l’accompagner.
Il est important que cette réalisation
profite à tous et ne lèse personne.

Didier Ribierre
Directeur Ségécé-Klépierre

« Je ne vous cache pas que je ne dors pas
très bien…
 » Didier Ribierre, directeur
du futur centre commercial Le Millénaire
avoue un « stress légitime » qui précède et
accompagne toute nouvelle réalisation.
« Nous sommes fiers de sortir un aussi bel
équipement. Le seul, de cette envergure
et de cette conception, a être édifié ces dix
prochaines années. Son emplacement au
bord de l’eau et près de Paris lui confère à
la fois une convivialité et une fonctionnalité
auxquelles peu de centres commerciaux
peuvent prétendre. Je suis
confiant, mais je reste dans l’attente de la
réaction de nos futurs clients avant de me
réjouir pleinement
 ».
Pour la Ségécé-Klépierre, qui va gérer Le
Millénaire, et son partenaire Icade, la gageure
était de taille, le pari sera-t-il réussi ?
Verdict mercredi 27 avril prochain.

Trois Albertivillariens livrent leurs sentiments sur l’ouverture du Millénaire

Giuliana V.
Commerçante en centre-ville
depuis 43 ans

jpg - 3.4 ko


L’ouverture du Millénaire me
réjouit parce qu’il est beau et
que cela va changer le quartier
qui en avait besoin.
Mais en tant
que commerçante, je suis inquiète
car je vais avoir deux gros
concurrents contre lesquels je
risque d’avoir du mal à lutter…
En même temps, je compte sur une clientèle
exigeante, qui a déjà testé les grandes
enseignes, pour finalement revenir vers
nous parce qu’elle reste attachée à la qualité
des produits et de l’accueil.
La balle est encore un peu dans notre
camp…

Hafit T.
Habitant du Montfort

jpg - 3.9 ko


Je déteste le concept des grands centres
commerciaux où l’on va tous faire ses courses
en masse et où l’on se croirait parfois dans le
métro !
Pour ma part, je continuerai à faire
mes courses au marché et dans les petits
commerces près de chez moi.
Et comme je
ne veux pas les
voir disparaître,
je suis et je resterai
un client
fidèle.
Par contre, j’irai
y faire un tour,
histoire de voir
ce qui est proposé
côté loisirs
et animations.

Pureza R.
Habitante du
quartier du
Pont de Stains

jpg - 3.9 ko


Dans un premier
temps, je vais y
aller.
D’abord
par curiosité
parce que, vu de
l’extérieur, il est
plutôt beau, reste à découvrir l’intérieur.
J’aime aussi le fait qu’il soit au bord de l’eau,
cela doit être agréable de s’y promener.
Ensuite, je prévois d’y faire mes achats car
ce nouveau centre est proche de chez moi.
Par la suite, ma fidélité dépendra des prix
pratiqués, du choix et de l’accueil qui me
seront proposés.