Contenu

Pour ne pas se laisser plumer...

Si l’Etat maintient la baisse de sa dotation, Aubervilliers se verra amputer de plus de 2 millions d’euros. Pour bien en saisir les conséquences, la municipalité réunit un conseil communal extraordinaire, largement ouvert à la population, le mercredi 10 décembre 2014 à 19 h en mairie.

D’anticipation mais pas de science-fiction… le conseil communal que convoque le maire – le mercredi 10 décembre prochain – se fonde sur une réalité bien sombre.
En effet, la Dotation globale de fonctionnement (DGF) versée chaque année par l’Etat aux collectivités va diminuer de 3 milliards 700 millions d’euros, de sorte qu’il y a aura moins d’argent pour les communes. « A Aubervilliers, cela va se traduire par 2,1 millions en moins dès 2015, et 7 millions en moins sur la période 2015-2017 », prévient Anthony Daguet, maire-adjoint délégué aux Finances.
Mal lotis les prochains budgets municipaux ?
Pour faire face, nos édiles disposent de trois leviers : faire des économies, diminuer les investissements et augmenter les impôts. « Notre marge de manœuvre est étroi-te.
Il y a bien un plan d’économies que nous mettrons à l’œuvre, mais on ne pourra pas faire moins en matière d’investissements car nous avons encore deux groupes scolaires à construire [notamment sur Port-Chemin Vert avec un départ des travaux en 2015] ce qui est incontournable.
Sur le recours à l’impôt, on essayera de faire que cela ne soit pas inéluctable en comptant beaucoup sur une mobilisation de la population à nos côtés pour faire face au dé-sengagement de l’Etat et débloquer la situation
 », soutient l’élu aux Finances.

Faire comme si nous étions déjà en 2015

L’acte premier de cette mobilisation tiendra donc en un conseil communal d’anticipation – comme si nous étions déjà en 2015, 16 ou 17 – contraint de faire avec l’impact d’une DGF rabougrie et que traduiront des délibérations aussi irrecevables que l’augmentation des tarifs de cantine, la fermeture du centre nautique, l’augmentation des impôts de 7 points (au moins !)… la séance conclue par une déclaration du maire dénonçant la baisse des dotations et exhortant l’Etat à revenir sur ses décisions.

Il faut une dotation spéciale pour Aubervilliers

Y’a de l’espoir ? « L’ensemble des indicateurs plaident en faveur du dossier albertivillarien : 2e grande ville la plus pauvre de France après Roubaix en matière de foyer fiscal par habitant, une ville qui construit, prend sa part dans la rénovation de l’habitat indigne dont la population va augmenter avec pour conséquences des besoins supplémentaires en équipements publics. Nous demanderons qu’il y ait une dotation spéciale pour Aubervilliers », pose
Anthony Daguet.
Acte second ? Pascal Beaudet a d’ores et déjà demandé un rendez-vous au Premier ministre. Mot d’ordre en direction des habitants : on ne se laissera pas plumer !

Eric Guignet
Le 2 décembre 2014

Mercredi 10 décembre 2014 à 19 h en mairie
Conseil communal d’anticipation contre la baisse des dotations de l’Etat

png - 184.8 ko