Contenu

Aubervilliers demande des comptes à l’Etat

Le jeudi 10 mars à 19 h à L’Embarcadère, une grande soirée de mobilisation citoyenne pour dire non à la baisse des dotations de l’Etat à Aubervilliers.

Rendez-vous le 10 mars à L’Embarcadère
pour un Gala de soutien d’un
genre particulier.

Il y sera question
de la baisse des dotations d’Etat qu’Aubervilliers
est en train de subir et que la
municipalité dénonce.
Cette année, dans les
colonnes du budget de la Ville, il manque
des chiffres... Pour tout comprendre de la
situation, la soirée qui s’annonce (accompagnée
d’une campagne de mobilisation
avec des cartes pétitions à signer aux accueils
municipaux) se veut pédagogique,
ludique, émaillée d’interventions et d’animations.
Bref, pleine d’énergie revendicatrice
et surtout pas prise de tête. Le sujet est
grave, raison de plus pour en parler franchement
et à la manière d’Auber !
Le sujet est grave parce que – 18 millions
d’euros en quatre ans –, pour une ville
comme Aubervilliers, ça pèse lourd…
Cette somme, c’est l’argent que l’Etat ne lui
versera pas dans le cadre de la Dotation
globale de fonctionnement.

Les communes n’ont qu’à moins dépenser
diront certains ! Peut-être… Encore
faut-il avoir en tête que leurs finances sont
dédiées, par définition, à des missions de
service public.
Et les usagers dans tout ça ?
Heureux les parents d’avoir moins de
moyens dans les écoles (or ce sont les Villes
qui en payent quasiment toutes les dépenses
courantes : personnel hors enseignants, entretien et travaux dans les bâtiments,
etc.) ? Satisfaits les habitants que
le service rendu le soit moins pour des
choses de leur quotidien ?
Evidemment, les plus sévèrement touchées
seront les villes populaires puisqu’elles
ont moins de ressources propres que les
communes riches alors que, parallèlement,
le besoin de service public pour leur population
est plus fort.

A Aubervilliers, la municipalité n’est pas
d’accord. Cette coupe ? Elle la qualifie de
hold-up. Il faut dire que, déjà en proie à
une situation financière plus que difficile
(voir ci-dessus), les millions qu’elle y perd
vont gravement lui manquer.

D’où la mobilisation du 10 mars et des semaines
qui suivront. Pour laquelle, comme
un pied de nez à l’Etat qui lui compte chichement
son argent, elle a édité sa propre
monnaie, les Auberd’Or qui serviront de
billets de ralliement au Gala de soutien.

Noah Saadi
Le 3 mars 2016

GALA DE SOUTIEN

Jeudi 10 mars, à 19 h
L’Embarcadère
5 rue Edouard Poisson. Entrée libre