Contenu

Séance du 20 octobre 2011

Jeudi 20 octobre 2011. Hôtel de Ville. Stéphane Hessel, citoyen d’honneur de la Ville d’Aubervilliers, préside le Conseil municipal extraordinaire sur le rêve en présence de Jacques Salvator, Maire d’Aubervilliers, des élus municipaux et de près de trois cents Albertivillariens.

L’ordre du jour : « Ils ont échoué parce qu’ils n’avaient pas commencé par le rêve », phrase communément attribuée à Shakespeare.

En amont de ce Conseil municipal, les Souffleurs commandos poétiques se sont livrés à des « cueillettes des rêves des habitants pour eux-mêmes dans la ville ». Ils ont dressé un constat, celui de l’état « calamiteux » du rêve à Aubervilliers. Ces recueils de rêves leur ont inspiré la rédaction des délibérations poétiques soumises au vote du Conseil municipal extraordinaire. Un appel aux élus a aussi été lancé pour recueillir leurs propositions de délibérations poétiques.

Le jour du Conseil municipal extraordinaire, les Albertivillariens ont répondu à l’appel ; ils ont été près de trois cents à envahir la mairie. Puis un débat a eu lieu sur « le rêve comme moteur de l’action politique », mené sur le ton des conseils municipaux ordinaires.

Les quatre délibérations poétiques ont été votées à l’unanimité, devant une salle plus que comble :

  • Création du « Grand Dépôt » d’Aubervilliers dans les archives de la Ville. Premier Trésor poétique municipal au monde (collecte des paroles poétiques dormantes dans l’intimité des 93 langues parlées à Aubervilliers, réalisée par les Souffleurs).
  • Extension et « municipalisation » de Rues silencieuses. Augmentation progressive du potentiel de sérénité collective de ce projet.
  • Inscription du « Projet dit impossible » à l’ordre du jour d’un Conseil municipal extraordinaire au mois d’octobre de chaque année.
  • Création d’un système de mesure de l’Indice de Tendresse collective.