Contenu

Regards cinématographiques sur l’évolution de la ville (1945-2011)

Deux séances au cinéma Le Studio à la découverte des transformations de la ville de l’Après-guerre à aujourd’hui autour de trois films emblématiques sur Aubervilliers. En 1945, Eli Lotar porte un regard misérabiliste sur l’Aubervilliers de l’Après-guerre. Plus tard dans les années 1980, Marc Pallain dresse le portrait d’une ville ouvrière à l’invitation d’André Karman, maire de la commune. Au début du 21e siècle, c’est un fait divers qui incite Hakim Zouhani et Carine May à réaliser Rue des Cités.
Trois époques, trois films avec la même volonté de donner à voir la ville et d’interroger les représentations de la banlieue. Les différents réalisateurs s’inscrivent dans une sorte de filiation reprenant certains codes comme l’importance de la musique et des textes tout en affirmant leur indépendance de style et de point de vue. Un voyage dans le temps et l’histoire albertivillarienne.

Objectifs pédagogiques

  • Découvrir les transformations du territoire
  • Sensibiliser les élèves au patrimoine local et à l’environnement urbain
  • Valoriser le cadre de vie des élèves et leur permettre de se l’approprier

Niveaux de classes
De la 5e à la terminale

Informations pratiques
Lieu(x) de l’intervention : cinéma Le studio, 2 rue Edouard Poisson.
Type d’action : projections
Durée de l’activité : 1 h 30/2 h
Nombre de séance(s) prévue(s) : 2
Dates de l’activité : 19 et 26 janvier pour les scolaires

Modalités d’inscription
Pour les collèges/lycées : Prise de contact directe avec le cinéma Le Studio avant le 18 septembre.

Contact
Karim Alphonse / lestudio.jeunepublic@gmail.com / Tél. : 09.61.21.68.25

Les films présentés
Aubervilliers, E. Lotar, 1945
Aubervilliers est un court métrage français réalisé par Éli Lotar en 1945. Le commentaire et les chansons, écrits par Jacques Prévert, sont marqués par un puissant engagement politique. Ce film est commandé, dans l’immédiat après-guerre, par la municipalité communiste d’Aubervilliers, pour montrer l’état de délabrement dans lequel se trouvait la ville à la suite de la politique menée par la précédente équipe municipale dirigée par le pétainiste Pierre Laval.





Auber au cœur, Marc Pallain, 1986
Du lever au coucher du soleil, Marc Pallain donne à voir la vie ouvrière des années 1980, un monde aujourd’hui disparu. Les interviews d’habitants et le montage mettent en évidence un tissu urbain particulier, composé d’un patchwork de divers habitats qui permet de saisir la complexité du tissu urbain.





Rue des cités, Hakim Zouani et Carine May, 2011
Adilse a 20 ans, vit en banlieue. Sa vie se déroule sur le bitume, entre retape de scooters et glandouille avec son meilleur pote. Ce jour-là, son grand-père a disparu. Il le cherche dans la cité.
Le film montre un autre visage de la ville celui du début du XXI° siècle. Un univers largement médiatisé qui véhicule de nombreux fantasmes. Entre fiction et réalité, les réalisateurs interrogent les représentations de la banlieue parisienne en s’inscrivant dans la filiation des films précèdent.