Contenu

La Commune propose

Pièces d’actualité, atelier de théâtre amateur, espace dédié aux associations… Sous l’impulsion de sa nouvelle direction, le théâtre de la Commune multiplie les projets pour s’ouvrir un peu plus aux habitants de la ville.

Pièces d’actualité, atelier de théâtre amateur, espace dédié aux associations… Sous l’impulsion de sa nouvelle direction, le théâtre de la Commune multiplie les projets pour s’ouvrir un peu plus aux habitants de la ville.

Devant la longue baie vitrée, la grande
banquette a été supprimée. De quoi
dégager la vue depuis le restaurant
du théâtre. « Il donne sur le square Stalingrad
et c’est un bonheur »
, écrit la nouvelle directrice
Marie-José Malis en introduction
de la brochure de présentation de saison.
Elle milite pour un théâtre sans frontière avec
le monde extérieur.

Au TCA, qu’elle a d’ailleurs rebaptisé « La
Commune » tout court, la directrice animera,
dès octobre, un atelier hebdomadaire
de théâtre ouvert à tous.
Tandis qu’une « pièce
d’actualité » sur le thème « Et le théâtre à
Aubervilliers, c’est quoi ? » sera créée par
le chorégraphe et metteur en scène Laurent
Chétouane avec des amateurs volontaires
de 20 à 50 ans. Les répétitions auront lieu
du 13 au 31 octobre et les représentations
du 4 au 16 novembre.

Restaurant ouvert aux habitants le midi

De plus, le restaurant, rénové, ouvrira aussi
le midi, à partir d’octobre, en direction des
habitants et salariés alentour.
Egalement, il
accueillera l’après-midi les associations de la
ville qui disposeront ainsi gratuitement d’un
espace pour leurs projets.

Côté représentations, cette nouvelle impulsion,
ça donne quoi ? La saison démarre avec
un spectacle de danse contemporaine,
Jérôme Bel, qui pousse à l’extrême l’esthétique
et l’animalité du corps.
Le chorégraphe
français avait proposé cette création pour la
première fois en 1995, et la rejoue ici dans le
cadre du Festival d’automne à Paris.

De retour dans le registre théâtral, on plongera
ensuite, avec Hypérion de Friedrich
Hölderlin
, dans les doutes et les espoirs d’un
jeune homme, en Grèce ottomane du XVIIIe
siècle.
Le roman épistolaire de l’Allemand,
écrit juste après la Révolution française, est
mis en scène par Marie-José Malis, qui y
voit une méditation sur toutes les manières
de prendre en main le destin.
« Le théâtre doit
contribuer à critiquer le monde mais aussi
à laisser entrevoir une autre manière de
vivre »
, lance-t-elle.

Ces deux spectacles s’adressent plutôt à un
public averti. « On commence par le moins
facile, et le reste sera plus accessible », promet
l’équipe du théâtre. Comme cette version
libre et moderne de l’Avare de Molière (nov.-
déc.), ce huis clos décalé dans une pharmacie
à Buenos Aires (Viejo, solo y puto de et
par Sergio Boris, en janvier) ou encore les
tribulations d’Ahmed philosophe, d’Alain
Badiou
(mars).

Et puis allez, pour rentrer chez soi, spectacles
finis, une navette desservira les différents
quartiers d’Aubervilliers.

Naï Asmar
Le 3 septembre 2014

THÉÂTRE LA COMMUNE
Jérôme Bel du 24 au 27 septembre
Hypérion du 26 septembre au 16 octobre
Bar-restaurant : ouvert le midi, l’après-midi du
mardi au vendredi, et le soir si représentation.
2 rue Edouard Poisson.
Infos et réservations au 01.48.33.16.16

Contact
Véronique Aubert : 01.48.33.94.13
www.lacommune-aubervilliers.fr