Contenu

Grand Paris, qu’est-ce qui change pour nous ?

Depuis le 1er janvier, Aubervilliers fait partie de la métropole du Grand Paris. Plusieurs changements auront lieux, à commencer par Plaine Commune qui devient un Etablissement Public Territorial (EPT).

On en parlait depuis des années, c’est
maintenant du concret. Aubervilliers fait
désormais partie de la métropole du Grand Paris, créée le 1er janvier.
La nouvelle intercommunalité est destinée
à coordonner le développement économique
à l’échelle de la capitale élargie (131 communes)
et à réguler son aménagement.

Le
22 janvier, son Conseil – l’assemblée délibérante
–, se réunira pour la première fois
et désignera son président au Palais d’Iéna,
à Paris.

Qu’est-ce qui va changer pour Aubervilliers ?
En premier lieu, l’ancienne Communauté
d’agglomération Plaine Commune, qu’Aubervilliers
a fondée en 2001 avec des villes
voisines pour favoriser le développement, n’est plus.
C’est désormais un Etablissement
public territorial (EPT) qui constitue l’un
des douze « Territoires »de la Métropole, au
même titre que Paris par exemple. Elle va
progressivement perdre des compétences
car ses missions sont désormais limitées à
l’intérêt « non métropolitain ». En son sein,
Aubervilliers est représentée par 15 conseillers sur
80.

Deux élus sur 209 au Conseil métropolitain

L’EPT Plaine Commune devra se conformer
aux orientations stratégiques prises au niveau
du Conseil du Grand Paris. Là, la représentation
est plus diluée. Douze élus représentent Plaine Commune
et ses 410 000 habitants, sur
les 209 conseillers de la Métropole, forte de 6,7 millions
d’habitants.

Parmi ces douze,
deux représentent Aubervilliers.
Pascal Beaudet et
Sophie Vally ont été désignés
le 17 décembre.
En un mot comme en mille,
pour peser, des alliances seront
nécessaires.

D’ici 2018, la Métropole va
bénéficier des compétences
« d’intérêt métropolitain »
transférées par Plaine Commune. Leurs contours ne
sont
pas encore précisés, mais la
Métropole pourrait prendre en charge les nouveaux aménagements autour
des futures gares du métro Grand Paris
Express – 72 stations dont 2 à Aubervilliers
–, avec la construction de logements, l’installation d’entreprises
et d’équipements publics.

Dans le même temps, Plaine Commune
perdra progressivement la fiscalité
économique au profit de la Métropole. L’Etat
pourrait aussi déléguer à la Métropole des
compétences en matière de logements, équipements,
infrastructures.

En préparation de la nouvelle organisation,
la Ville a déjà transféré, le 1er janvier, l’élaboration
du PLU (Plan local d’urbanisme)
– l’affectation des zones de la ville aux différentes
activités – à l’EPT Plaine Commune,
qui sera l’échelon du dialogue avec la
Métropole.

Et l’avis des habitants ?

Des questions restent en suspens. « Comment
les habitants donneront-ils leur avis
dans une métropole de 6,6 millions d’habitants,
au fonctionnement très institutionnalisé ?

 » s’interroge le Conseil de développement
de Plaine Commune, structure de
participation citoyenne animée par des membres bénévoles. Quels sont les risques en matière
de densification autour des gares du
Grand Paris Express? Quelle sera la répartition
du budget de la métropole sur son
territoire marqué par de fortes inégalités ?
Autant d’aspects qui concernent la vie quotidienne de
chacun et appellent à rester vigilant.


Naï Asmar
Le 4 janvier 2016