Contenu

3 mai 2012 - Démolition d’un restaurant dans la zone "Al Makhrour" - Appel d’urgence de la municipalité de Beit Jala

Tôt ce matin des forces d’occupation israéliennes sont arrivées dans la zone "Al Makhrour" de Beit Jala et ont démoli le seul restaurant palestinien dans cet endroit. Le restaurant "Al Mahrour", détenu et exploité par une famille palestinienne, était leur seule source de revenus mais aussi une attraction touristique.

Avec de telles actions Israël, la force d’occupation, poursuit le nettoyage ethnique des dernières zones vertes pour des familles palestiniennes dans le district de Bethlehem. Al Makhrour, comme Crémisan, sont des zones menacées d’être séparées de leurs propriétaires légaux en raison de tentatives israéliennes visant à transformer leur occupation illégale dans une annexion de fait de notre terre.

D’une superficie initiale de 14 500 dunums de terre (= 1 450 hectares), Beit Jala a été réduite à moins de 4500 dunums (450 hectares). Le reste a été pris pour des constructions des colonies illégales israéliennes de Gilo et Har Gilo, ainsi que pour des checkpoints et pour la route de contournement 60, destinée à une utilisation exclusive des colons israéliens. Le mur illégal a été également construit dans cette zone avec le but de consolider la séparation entre nos résidents et leur terrains.

La municipalité de Beit Jala condamne fermement ce nouveau crime israélien et appelle la communauté internationale, les églises et la société civile, à intervenir immédiatement. C’est une honte que Israël se permette de poursuivre sa politique illégale alors qu’il jouit d’un traitement préférentiel par un accord d’association avec l’Union européenne, ainsi qu’un certain nombre d’autres accords économiques et de coopération avec autres pays. Pour des pays ayant un bilan négatif en termes des droits de l’homme, du droit international et des violations des résolutions des Nations Unies, la réponse doit être plutôt le boycott que des accords économiques.

A nouveau nous affirmons notre détermination de rester sur notre terre gardant l’espoir d’une libération de l’occupation de l’Etat de Palestine. Néanmoins, nous affirmons que toute activité de colonisation israélienne, en particulier dans Jérusalem-Est occupée et dans les alentours, telle que Beit Jala, est une tentative directe de la puissance occupante de mettre en péril les chances d’une solution à deux Etats. Israël ne peut pas continuer à profiter d’une culture de l’impunité illimitée pendant que, sur le terrain, il continue à éliminer les chances d’une paix juste et durable.